12/04/2020

De l'or vert dans mon jardin.

Confinement oblige, les heureux propriétaires de jardins en profitent pour tondre, tailler, nettoyer.

Avec la fermeture des éco-pôles et des déchetterie, certains sont tentés de déposer leurs déchets verts dans le bac des ordures ménagères.

Non seulement, ce geste sature les installations de traitement de ces déchets, que ce soit les Unités de Valorisation Énergétiques ou les installations de stockage de déchets, mais vous perdez une ressource précieuse pour votre jardin.

Le Code de l'Environnement interdit le brûlage des déchets verts à l'air libre.

Les Préfets peuvent prendre un arrêté pour l'autoriser sous certaines conditions, mais ce serait dommage de perdre une ressource précieuse et de diffuser des particules fines.

 

"La première solution est le compostage. Ce dernier est un engrais formé par le recyclage de déchets organiques. Cette utilisation est écologique et économique car c’est un engrais naturel et gratuit. Il est pratique car il permet de recycler nos déchets tout en économisant des engrais, ou autre.
Enfin, il peut être utilisé pour un potager, des arbres fruitiers ou pour l’entretien d’un massif de vivaces"

"L’opération de paillage est indissociable d’un jardin zéro déchet. En effet, c’est un paillis bien réalisé qui vous aidera à obtenir des récoltes prospères, tout en économisant de l’eau et du désherbant. Il permettra de maintenir vos sols en zone humide, tout en limitant l’évaporation."

Jardinage en lasagnes, mulch, hôtels pour insectes... d'autres idées à découvrir sur notre page Face Book.

  • Facebook Social Icône

12/04/2020

Un ménage de printemps digital.

Depuis le début du confinement, nous sommes isolés dans nos logements, coupés de nos liens sociaux et familiaux, et nous nous sommes mis à échanger quantité de messages électroniques, de photos, d'images, de vidéos.

Cette déferlante numérique qui nous aide à supporter la situation a cependant un coût énergétique non négligeable.

Dématérialisé ne signifie pas neutre en consommation d'énergie. Le coût carbone de nos échanges numériques est invisible et il nous échappe... mais il est bien réel. Pour  donner un exemple concret, visionner une vidéo de 10 minutes consomme autant d'énergie que l'utilisation à pleine puissance d'un four de 2000W pendant 5 minutes.

Alors, sans se lancer dans un jeûne numérique radical - la période serait particulièrement mal choisie - comment réduire notre empreinte?

Voici des gestes simples pour un ménage de printemps numérique:

  • Supprimer dans nos boites mail et nos historiques d'échanges numériques tout les vieux messages qui n'ont plus d'intérêt.

  • Jeter sans pitié les publicités, newsletters non désirées, spams etc,

  • ...et les photos images et vidéos amusantes et sympas sur le moment mais dont l'intérêt s'est émoussé.

  • Mes photos sont dans le cloud (en réalité un data center bien réel qui chauffe et consomme de l'électricité en quantité) ? C'est le moment de choisir parmi les dizaines de photos et vidéos de mon chien, chat, poisson rouge...et de ne garder que les plus intéressantes.

  • Même chose avec les centaines de clichés de vacances. Et oui, choisir, c'est dur!

Maintenir ces bonnes habitudes et faire le ménage régulièrement.

En complément, il est bon de viser la sobriété numérique: mettre des liens plutôt que des pj lorsqu'on envoie des documents volumineux, et limiter l'envoi tous azimuts de photos et vidéos :

une photo de 1 Mo envoyée à 10 amis = l'énergie nécessaire à parcourir 500m en voiture!

....et pour approfondir: 

https://theshiftproject.org/article/pour-une-sobriete-numerique-rapport-shift/

  • Facebook Social Icône

Liens utiles

Déchets de chantier
biode
clean up europe
actu environnement
déchets
zéro waste zero dechet